Manifestations

img_20160802_132503429

Photo B. Meillon

Si vous souhaitez voir l’évènement que vous organisez (Conférence, Colloque, Journée d’Étude ou autre) figurer sur cette page, merci de contacter l’administratrice du site, Béné Meillon: benemeillon@gmail.com.


  “Biomorphisme, approches sensibles et conceptuelles des
formes du vivant”

Colloque- La Friche la Belle de Mai, Marseille- vendredi 25 janvier 2019

Lieu : le Grand Plateau
Une proposition du : Centre Gilles-Gaston Granger (Aix-Marseille Université/CNRS)

En parallèle à l‘exposition Biomorphisme, approches sensibles et conceptuelles des formes du vivant inaugurée le 9 novembre et à visiter jusqu’au 10 février, la Friche la
Belle de Mai accueille également un grand colloque scientifique ouvert au grand
public, le 25 janvier 2019.

A partir de 9h30, vingt-quatre intervenants issus d’horizons artistiques et scientifiques
différents, seront ainsi réunis pour interroger et repenser la notion de forme dans le
champ du vivant.

« Le vivant fait montre d’une extraordinaire inventivité formelle, d’une très grande
variabilité et plasticité. Les formes du vivant sont multiples, foisonnantes – sinon
infinies – et toujours étonnantes. »

PROGRAMME

Chaque table-ronde est indépendante, le public peut venir assister à celles de son choix.

9h30 à 9h45 : Accueil et présentation générale de la journée
9h45 à 11h : Vie des formes et formes du vivant : la morphogenèse comme champd’étude transdisciplinaire – Qu’est-ce que les sciences et les arts ont à nous
apprendre sur la naissance et la transformation des formes du vivant ? Invités : 2, 4, 7, 10
11h à 12h15 : Enjeux politiques et écologiques du biomorphisme – En quoi notre manière d’envisager notre relation au vivant suggère-t-elle de nouvelles attitudes vis-à-vis des enjeux politiques et écologiques contemporains ? Invités : 14, 15, 16, 17, 24
14h à 15h15 : L ’empathie et l’expérience psycho-esthétique des formes du vivant – Dans quelle mesure l’expérience esthétique consiste-t-elle à nous projeter dans
les oeuvres d’art, à « empathiser » avec elles comme si elles étaient des formes vivantes ? Invités : 11, 12, 19, 21, 22
15h15 à 16h30 : Explorer les formes du vivant à travers leur matérialité : entre imaginaire poétique et modélisation scientifique – Le moteur de la créativitéartistique est-il la compréhension rationnelle des formes et des matières ou bien un usage poétique extra-scientifique de l’imaginaire ? Invités : 3, 8, 13, 18, 23
17h à 18h15 : Biomorphisme et création artistique : les métamorphoses d’un concept
esthétique – Comment les pratiques artistiques contemporaines abordent-t-elles les formes du vivant et cherchent-t-elles à dépasser la notion traditionnelle de biomorphisme ? Invités : 1, 6, 9, 20
18h15 à 19h : Table ronde bilan – Invités : 1, 3, 5, 20, 22

Les intervenants AUX TABLES RONDES

1 Jean Arnaud, artiste et professeur en arts plastiques à AMU
2 Amélie de Beauffort, artiste et titulaire de l’option dessin, ARBA-ESA, Bruxelles
3 Julien Bernard, MCF en philosophie, CGGG, AMU
4 Simona Bodea, MCF en physique, IRPHE, AMU
5 Luciano Boi, MCF en épistémologie, EHESS, Paris
6 Peter Briggs, artiste, ancien professeur de l’Ecole des Beaux-Arts de Tours
7 Xavier Caubit, MCF en Biologie, IBDM, AMU
8 Nathalie Delprat, MCF en mécanique et créatrice intermédia, Sorbonne Univ., LIMSI, Paris
9 Jean-Michel Durafour, Pr. en esthétique et théorie du cinéma, AMU
10 Vincent Fleury, Dr DR-CNRS en biophysique, MSC, Paris
11 Edward Juler, Lecturer in Art History, Newcastle University
12 Giuseppe Di Liberti, MCF en philosophie (esthétique), CGGG, AMU
13 Carlos Lobo, directeur de programme au CIPh, Paris
14 Giuseppe Longo, DR-CNRS émérite, G Longo, ENS, Paris
15 Jean-François Mauffrey, MCF en écologie, LPED, AMU
16 Maël Montevil, postdoctorant en biologie, IRI, Centre Pompidou
17 Baptiste Morizot, MCF en philosophie, CGGG, AMU
18 Julie Pelletier, artiste, Coudoux, région PACA
19 Laurent Perrinet, CR-CNRS en neurosciences, INT, AMU
20 Sylvie Pic, artiste et intervenante dans la licence Sciences et Humanités, Marseille
21 Andrea Pinotti, PR en esthétique, Università degli Studi di Milano
22 David Romand, postdoctorant en philosophie, CGGG, AMU
23 Barbara Sarreau, artiste, Marseille
24 Teruhisa Suzuki, artiste travaillant dans la région parisienne

Horaires

De 9h30 à 19h

Tarif

Gratuit (Dans la limite des places disponibles)


Shakespeare et le monde animal

Programme du Congrès 2019 de la Société Française Shakespeare
10-12 janvier 2019

Exposition “Lumières du Roussillon”

Peintures et dessins de Françoise Wursteisen

Du 19 octobre au 9 décembre

Au Palais des Rois de Majorque. Entrée libre

LE COURRIER DE CERET 27.09.2018

Dispositifs de perception et environnements:

Mondes humains et non-humains

       Symposium organisé par le CRESEM, Université de Perpignan (UPVD)

21-22-23 Novembre 2018

Programme-perceptions

le lundi 19 novembre 2018
à 20h
à la Bourse du Travail, Place Saint Sernin (métro Jeanne d’Arc) à Toulouse
 
Coline Dhaussy, Marine Allard, Lucie Assemat / France / 2018 / 60mn  / VOST

Ni les Femmes Ni la Terre ! est un documentaire tourné en Argentine et Bolivie, au plus près de celles qui luttent contre les violences faites aux femmes, le système Monsanto, la destruction de l’environnement par les entreprises extractivistes. Dans les favelas, les périphéries urbaines, les campagnes isolées en Patagonie et l’altiplano bolivien, elles combattent pour le droit à disposer de leurs corps, pour un changement de cap des modèles économiques, pour la reconnaissance de la légitimité et de la dignité de leurs « territoires-corps-terres ». Elles dessinent des voies pour une révolution écoféministe globale, desde abajo a la izquierda, du Sud au Nord.

———-

¡Ni las Mujeres, Ni la Tierra! es un documental rodado en Argentina y Bolivia con las que luchan en contra de las violencias en contra de las mujeres, Monsanto, la destrucción del medio ambiente por las empresas mineras. En las favelas, las periferias urbanas, el campo aislado de Patagonia y del altiplano boliviano, luchan por el derecho de disponer de sus cuerpos, por un cambio de rumbo de los modelos económicos, por el reconocimiento de la legitimidad y de la dignidad de sus « territorios-cuerpos-tierras ». Dibujan caminos hacia una revolución eco-feminista global, desde abajo a la izquierda, del Sur al Norte.


 

Affiche Sylvain Rode environnementaliser l'urbanisme

 


Images et usages de la wilderness au Canada et aux États-Unis

12 octobre 2018 –  Montpellier

Salle Kouros, site Saint Charles 2 (place Albert 1er)

9h00 – Accueil café

9h30 – Panel 1: Images de la wilderness étatsunienne
Chair: Hervé Mayer, Université Paul-Valéry Montpellier 3

  • « Wind Across the Everglades(La Forêt interdite, 1958) de Nicholas Ray : la wilderness, sanctuaire en perdition »
    Guilain Chaussard, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • « Représentations de la wildernessdans les road movies féminins de l’Ouest américain : de la figure de la femme sauvage à la quête de la Terre Promise »
    Héloïse Van Appelghem, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle
  • « Nature et conscience de soi: l’étendue sauvage comme lieu de résolution des conflits intérieurs dans le cinéma et la littérature américaine »
    Martin Berny, Université Paris-Est

11h00 – Pause café

 11h30 – Panel 2: (Re)penser les mythologies canadiennes

Chair: Anne-Sophie Letessier, Université Jean Monnet (Saint Etienne)

  • « Making it Wild: Kent Monkman and the Celebration of Canada 150»

Claire Omhovère, Université Paul-Valéry Montpellier 3

  • « The Canadian Arctic as part of Brand Canada »
    Claire Heuillard, Université Paris 2 Panthéon Assas
  • « Revoir le concept d’écoumène à l’aune des particularités des espaces nordiques »
    Martin Simard, Université du Québec à Chicoutimi

13h00 – Déjeuner en salle Médicis.

14h00 – Panel 3: Écrire la wilderness

Chair: Vincent Dussol, Université Paul-Valéry Montpellier 3?

  • « The Wilderness as the Spoils of War:  A.B. Meek’s ‘The Red Eagle’ and the Pre-Echo of Civil War Strategies, Politics & Imagery »
    William Gleeson, Université Le Mans
  • « Gary Snyder’s Poetry as a Practice of the Wild »
    Thomas Pughe, Université d’Orléans
  • « Écritures et réécritures de la wilderness dans le ‘Frontier Gothic’ de Cormac McCarthy : Entre l’écologique et le symbolique, le politique et l’environnemental, l’éthique et l’esthétique »
    Vasiliki Sotiropoulou, Université de la Sorbonne, Paris 4

15h30 – Pause café

16h00 – Panel 4: Enjeux politiques

Chair: Nicolas Gachon, Université Paul-Valéry Montpellier 3

  • « A l’assaut de la wilderness? L’essor de l’automobilisme et de la nation canadienne, XIX-XXe siècles »
    Etienne Faugier, Université de Laval et Université Lumière Lyon 2
  • « From the ‘wilderness idea’ to governmental oversight and protection of wilderness: The genesis of the 1964 Wilderness Act », Nathalie Massip, Université Nice Sophia Antipolis
  • Le programme définitif est disponible ci-dessous grâce au lien suivant:
    Organisateurs.rices:
    Anne-Sophie Letessier (U. Jean Monnet) et Hervé Mayer (EMMA, UPVM)

La représentation des catastrophes naturelles dans la littérature anglaise des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles

Vendredi 28 et Samedi 29 septembre 2018

Salle 28 de la MSH de Clermont-Ferrand

  • Responsable scientifique : Sophie Chiari
  • Webmestre : Samuel Cuisinier-Delorme
  • Comité d’organisation : Sophie Chiari, Meriel Cordier, Samuel Cuisinier-Delorme, Alix Desnain

Programme disponible en cliquant sur le lien suivant: https://weather.hypotheses.org/programme



The Garden: Ecological Paradigms of Space, History, and Community

8th Biennial Conference of the European Association for the Study of Literature, Culture and Environment (EASLCE)

Université de Wurzburg, en Allemagne

du 26 au 29 septembre 2018

Programme et détails pratiques: http://www.anglistik.uni-wuerzburg.de/abteilungen/amerikanistik/research/easlce-2018-the-garden/program/

 


“Lieux revisités”

Séminaire de recherche sur les littératures du monde anglophone, organisé par Frédérique Spill, Aurélie Thiria-Meulemans et Marie Laniel: https://www.u-picardie.fr/unites-de-recherche/corpus/seminaire-lieux-revisites–526332.kjsp?RH=1443429763617

Le lundi (17h-18h30), Université de Picardie – Jules Verne.

PROGRAMME

– Lundi 24 septembre 2018 (17h-18h30) : Matthieu Haumesser, CPGE Lycée Alfred Kastler
“Enter ghost” : espaces revisités, espaces hantés (autour de Shakespeare)

– Lundi 15 octobre 2018 (17h-18h30) : Kerry-Jane Wallart, Université de Paris Sorbonne
Esthétiques du retour impossible et du détour imaginaire, quelques réflexions sur la littérature de la Caraïbe anglophone

– Lundi 17 décembre 2018 (17h-18h30) : Ronan Ludot-Vlasak, Université de Lille
“Fruit of travel long ago” : les retours poétiques de Melville en terres antiques

– Lundi 14 janvier 2019 (17h-18h30) : Bénédicte Meillon, Université de Perpignan
Ecopoet(h)ics of place in Barbara Kingsolver’s Animal Dreams: Arizona Anamorphoses through the Lenses of Ecopoetics, Ecofeminism, and Ecopsychology

– Lundi 4 février 2019 (17h-18h30) : Céline Sabiron, Université de Lorraine
“Scott-land”, ou la fabrication de l’Écosse par Walter Scott

– Lundi 25 mars 2019 (17h-18h30) : Pascale Tollance, Université Lyon 2
Lieux familiers, lieux inquiétés dans la fiction de Graham Swift

– Lundi 29 avril 2019 (17h-18h30) : Monica Manolescu, Université de Strasbourg
“The boring” : banalité et résonance du site dans “A Tour of the Monuments of Passaic, New Jersey”

– Lundi 27 mai 2019 (17h-18h30) : Xavier Giudicelli, Université de Reims – Champagne Ardenne
Queering the Pastoral: from Aubrey Beardsley to Alan Hollinghurst

CONTACTS

Marie Laniel : marie.laniel@gmail.com
Aurélie Thiria-Meulemans : aurelie.thiriameulemans@gmail.com
Frédérique Spill : frederique.spill@gmail.com


Colloque EthicHum, penser l’éthique avec les Humanités
“L’éthique et le vivant”
20-22 juin à l’Université de Montpellier
Voici le programme général:
voici les ateliers en détail:
pour s’inscrire envoyer un mail à ecole.doctorale-ete@univ-montp3.fr

 


Ouvert à toutes et tous!
Inscriptions obligatoires avant le 21 juin : pierre-louis.patoine@sorbonne-nouvelle.fr
The conference is open to all interested individuals!
Please register before June 21 by sending your name to : pierre-louis.patoine@sorbonne-nouvelle.fr
Programme et résumés disponibles ici : https://immersions.hypotheses.org/
PROGRAMME 
 
22 JUIN, 2018
 
Institut du monde Anglophone · Grand amphithéâtre
Université Sorbonne Nouvelle
5, rue de l’École de médecine · 75006 Paris
  
12h30 – 12h40 · Mot de bienvenue
Pierre-Louis Patoine (Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
 
 12h40 – 14h10 · Art contemporain : esthétique et politique de l’attention
(Président de séance : Antonia Rigaud)
 
Le vagabondage immersif et sa récupération néolibérale
Bruno Trentini (Université de Lorraine)
 
L’installation à l’ère de l’Anthropocène: un territoire pour penser l’art de l’expérience
Marie-Laure Delaporte (Paris 10 Nanterre)
 
Les modalités de captation d’attention dans l’art immersif à l’ère de l’anthropocène
Mehrez Abassi (Aix-Marseille Université)
 
14h30 – 16h00 · Littérature et états de conscience modifiés
(Président de séance : Pierre Cassou-Noguès)
 
Présence aux mondes et à soi-même: pratique et esthétique du rêve dans la poésie Mapuche
Émeline Baudet (Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
 
 « Shimmer » et Chimère. Genre, transe et degrés de séparations à l’ère de l’anthropocène dans Annihilation de Jeff Vandermeer et Alex Garland
Clément Hossaert (Université de Montréal)
 
 « Able to settle among the throngs, invisible and at ease » – Bleeding Edge (Pynchon 2013), ou (re)programmer l’homme des foules
Bastien Meresse (Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
 
16h20 – 17h20 · Environnements vidéoludiques I
(Président de séance : à confirmer)
 
Musée de cire, parcs d’attraction et constructions sociales, de la VR pour mon avatar: l’immersion à la troisième personne dans les jeux
d’aventure graphique Monkey Island de LucasArts
Charlotte Courtois (Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
 
Écouter les mondes ouverts : Incorporation et écologie sonore vidéoludiques
Charles Meyer (Paris 1 Panthéon Sorbonne)
  
17h30 – 18h30 · Environnements vidéoludiques II
(Président de séance : à confirmer)
 
Beyond growing. Immersion in the territory of Viridi
Gabriel Gaudette (Paris 8 Vincennes Saint-Denis)
 
Immersion sous contrainte et écologie des territoires hostiles : Enjeux ludiques, affectifs et esthétiques de la pratique vidéoludique en milieu post-apocalyptique dans la série Metro
Guillaume Baychelier (Paris 1 Panthéon Sorbonne)
  
18h30 – 19h30 · Cocktail
  
JUNE 23, 2018
 
Maison de la recherche · Salle Athena
Sorbonne Nouvelle University
 
  10:20 – 10:30 · Word of welcome
Pierre-Louis Patoine (Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
  
10:30 – 11:30 · Fan cultures, players agency
(Chair: à confirmer)
 
Habiter le jeu entre deux mondes : la cartographie des glitchs vidéoludiques
Carl Thérrien (Université de Montréal)
 
Building Geek Culture: Active Fandom Online and in the Real World
Chris Wildrick (Syracuse University)
  
11:40– 13:10 · Experiencing art: neurological and aesthetic approaches / Plenary 1
(Chair: à confirmer)
 
Feelings before a painting of the Romantics: about immersion and emotion in the aesthetic experience
Grazia Pulvirenti & Renata Gambino (University of Catania)
 
Plenary 1 · Biological and artefactual beauty
Semir Zeki (University College London)
  
14:20 – 15:50 Literary reading between cognitive science and ecocriticism / Plenary 2
(Chair: Alexa Weik von Mossner)
 
Changing Environments: Eco-cultural Critique and the Role of the Reader
Adrian Tait (Independent scholar)
 
Plenary 2 · Entangled Minds, Entangled Narratives
Marco Caracciolo (Ghent University)
with a response by Alexa Weik von Mossner (University of Klagenfurt)
  
 16:00 – 17:30 · Literary and artistic environments
(Chair: Sophie Musitelli)
 
Immersive Dramatic Poetry: Lord Bryron’s Manfred & Alice Oswald’s A Sleepwalk on the Severn
Rachel Nisbet (University of Lausanne)
 
The Nature of Futurism: Marinetti and the Volcano, Father of Arts and Technology
Andrea Parisiliti (University of Catania)
 
Listen to the Anthropocene Sing: Chantal Bilodeau’s Sila and Julianne Lutz Warren’s “Hope’s Echo”
Verónica Jiménez Borja (Universidad San Fransisco de Quito)
  
17:30 – 19:00 · Cocktail
    
Ce colloque est organisé par le groupe [Sciences/Littérature] de la Sorbonne Nouvelle, grâce au soutien du pôle 19-21 du laboratoire PRISMES (EA 4398).

‘Nineteenth-Century Poetics of Place’ 
Friday 22 June 2018 
Durham University – Hatfield College 
9:00-19:00 
#C19PoeticsPlace 

This conference will feature twelve papers by researchers from British institutions, a keynote by Assistant Professor Robert St Clair (Dartmouth College), and performances of poetry by Anne Portugal and Professor Michael O’Neill. The event is supported by Durham University (@durhamIO), Hatfield College (@HatfieldCollege), the Society for French Studies (@french_studies), the Arts and Humanities Research Council’s Northern Bridge Doctoral Training Partnership (@Northern_Bridge), the network on ‘Contemporary French Poetic Practice’ funded by the Arts and Humanities Research Council (@ahrcpress), and Le Service Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation de l’Ambassade de France au Royaume-Uni (@AmbascienceUK).
Article-length versions of a selection of the conference papers will appear in a guest-edited issue of Nineteenth-Century Contexts in early 2019. On the day preceding the conference, seven of the speakers will deliver a training day at Newcastle University on ‘Analysing Poetry’ for twenty-five postgraduates from Durham University, Newcastle University, and Queen’s University Belfast. Further information is available from the organiser, Dr Daniel Finch-Race (daniel.a.finch-race@durham.ac.uk).

https://www.sfs.ac.uk/about-us/calendar

9:00, Welcome
Dr Daniel Finch-Race (Durham University)

9:15, Panel 1
Dr Thomas Bristow (Durham University) – ‘Eco-Elegy: Notes towards a Literary History of Pastoral’
Prof. Stephen Regan (Durham University) – ‘Landscapes of Mourning in Nineteenth-Century Poetry’
Prof. Mark Sandy (Durham University) – ‘Romantic Poetics and Haunted Landscapes’

11:00, Panel 2
Dr David Evans (University of St Andrews) – ‘The Rhythmical Landscapes of Parnassus: An Ecocritical Reading of Le Parnasse contemporain
Dr Nina Rolland (University of Birmingham) – ‘Urbanity from Baudelaire’s Poetry to French Rap’
Prof. Seth Whidden (University of Oxford) – ‘The Distracting Place of the Prose Poem’

13:15, Keynote
Asst Prof. Robert St Clair (Dartmouth College) – ‘Charleville, Nowhere, Paris: The Poetics of Pleasure and Maps to Utopia in the Early Rimbaud’

14:45, Panel 3
Asst Prof. Samuel Bootle (Durham University) – ‘Re-Wilding Verse: The Forest in Laforgue’s Derniers vers
Dr Mina Gorji (University of Cambridge) – ‘Christina Rossetti’s Dislocations’
Dr Davide Messina (University of Edinburgh) – ‘The Blue Hedge: Leopardi with Rothko’

16:30, Panel 4
Dr Caroline Ardrey (University of Birmingham) – ‘Plotting Parnasse: The Spatial Networks of the Revue fantaisiste
Dr Sarah Gubbins (Canterbury Christ Church University) – ‘(Dis)inheritance: Nerval’s Journeys in Verse and Prose’
Dr Heather Williams (University of Wales) – ‘The Poetry of Celtic Places’

18:15, Poetry
Anne Portugal (Paris) – Et comment nous voilà moins épais (2017)
Prof. Michael O’Neill (Durham University) – Return of the Gift (2018)

18:45, Closing remarks
Dr Daniel Finch-Race (Durham University)


Colloque international, 25-26 mai 2018

Traduire les voix de la nature

Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3,

4 rue des Irlandais 75005 Paris, Salle Athéna

organisé par Bruno Poncharal (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Jessica Stephens (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Kristiina Taivalkoski-Shilov (Université de Turku), et Agnes Whitfield (York University)

Présentation, détails pratiques et programme: https://sites.google.com/view/voixdelanature/pr%C3%A9sentation?authuser=0


Quand le noir se met au vert : polar, ruralité et écologie

Journée d’études
Université de Poitiers, MSHS, Salle Mélusine Mercredi 2 Mai de 10h à 18h30

Organisation : ex. : Alice Jacquelin, Juliette Peillon et Julien Campagna, Laboratoire Forell (équipes B1 et B3)
Présentation : Depuis son apparition au début des années 1930 aux États-Unis au moment de la Prohibition et des crime waves, le genre « noir » n’a cessé de se métamorphoser et de se confronter aux nouvelles problématiques sociales et politiques qu’il rencontrait. D’un genre à l’origine très urbain, il semble aujourd’hui que le polar se déplace vers de nouveaux territoires marginalisés et de nouveaux espaces en danger : l’environnement rural. Tout se passe comme si les espaces naturels venaient sur le devant de la scène policière, notamment à travers le genre du country noir ou du rural noir qui se consolide aux États-Unis et arrive peu à peu dans les régions françaises. Ce ne sont plus Los Angeles ou San Francisco qu’explorent les auteurs américains de polars contemporains, James Crumley, Larry Brown, Daniel Woodrell, James Lee Burke ou Craig Johnson, mais bien des territoires reculés, du Nouveau Mexique au fin fond du Missouri, ainsi que les grands espaces sauvages, dans la tradition du nature writing. Grâce à la maison d’édition Gallmeister, notamment, ces textes sont traduits et lisibles en France, mais certains auteurs français déplacent, eux aussi, les codes du polar et s’enfoncent dans des régions et campagnes isolées : qu’il s’agisse des Vosges de Nicolas Matthieu (Aux animaux la guerre), la Nièvre de Benoît Minville (Rural Noir) ou la Creuse d’Antonin Varenne (Battues), le noir se glisse chez les oubliés de la mondialisation. Il s’agira, lors de cette journée d’étude, d’interroger le contexte socio-politique conditionnant l’émergence de ce nouveau genre qu’est le polar rural ainsi que les conséquences en termes d’imaginaire et d’esthétique – qu’implique le déplacement de l’action policière dans des espaces non-urbains.
Participants : ex.: Anne-Laure Bonvalot (MCF U. de Nîmes Montpellier), Oliver Gallmeister (éditeur des éditions Gallmeister), Anne-Rachel Hermetet (Pr U. d’Angers), Natacha Levet (MCF U. de Limoges), Denis Mellier (Pr U. de Poitiers, Forell B3), Madeleine Mialocq (doctorante U. de Poitiers, labo. RURALITÉS), Benoît Tadié (Pr U. de Rennes 2), Sebastian Thiltges (postdoc U. de Lorraine)
Contacts : Alice Jacquelin (alice.jacquelin@univ-poitiers.fr), Juliette Peillon (juliette.peillon@univ-poitiers.fr), Julien Campagna (julien.campagna@univ-poitiers.fr)


Colloque international 

 “Cris et écrits de la nature/ Land’s Furrows and Sorrows”,

Toulouse du 5 au 8 avril

organisé par Françoise Besson

Le programme est disponible ci-dessous ou en cliquant sur le lien ci-contre:

programme 10. terre

COLLOQuE INTERNATIONAL / INTERNATIONAL CONFERENCE

écrits et cris de la terre dans le monde anglophone /

Land’s Furrows and sorrows

 in Anglophone countries

organisé par le CAS, Université Toulouse Jean Jaurès,

l’Académie des SCiences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse

et la SELVA

 Hôtel d’Assézat

salle Clémence Isaure et salon rouge

 

Programme

Jeudi 5 avril 2018 / Thursday April 5th (Hôtel d’Assézat, salle Clémence Isaure et salon rouge)

8h45-9h15: Accueil et enregistrement / Registration

Chair: Pierre Lile, Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Letters de Toulouse 

9h15-10h15: (salle Clémence Isaure): Conférence plénière / Keynote speech: Michel ARTEIL (dentiste bioénergéticien / bio-energetics specialist and dental surgeon): “Intérêts de la composition minérale de l’homme: huiles essentielles, dents, méridiens d’acupuncture”

10h15-10h30: Pause café / Coffee break

Panel 1 (salle Clémence Isaure): Paysages poétiques, paysages historiques, paysages vulnérables /Poetic, historical, vulnerable landscapes

Chair: Corinne Bigot, Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS, SELVA

10h30-11h: Biancamaria RIZZARDI, Universita du Pisi, Italie: ” Emily Carr: The Laughing Woman in the Forest ”

11h-11h30: Claire OMHOVÈRE, Université de Montpellier, SELVA: “Gravel and Grief: Alice Munro’s Vulnerable Landscapes”

11h30-12h: Chris WILLIAMS, University College, Cork, RÉPUBLIQUE D’IRLANDE:  “Orwell, the Land and History”

Panel 2  (salon rouge): Le non-humain pour écrire la terre / The nonhuman writing the land

Chair: Scott Slovic, University of Idaho

10h30-11h: Najoua HANACHI-GRÉGOIRE, IMT Mines. Albi-Carmaux : ” Down from the Treeline: spatiality in Gerald Vizenor’s fiction”

11h-11h30: Isabelle KELLER-PRIVAT, Université Toulouse-Jean Jaurès, SELVA: “Paul Farley’s “republic of thorns:” a New Way into the World”

11h30-12h: Claire CAZAJOUS-AUGÉ, Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS: “Rick Bass’s Zoopoethics”

12h30-14h: Pause déjeuner dans une salle de l’Hôtel d’Assézat / Lunch break in Hôtel d’Assézat

Chair: Christiane Fioupou, Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS

14h- 15h (salle Clémence Isaure):  Conférence plénière / Keynote speech: Geneviève AZAM, essayiste, Professeur d’économie, / essayist, Professor of economy, Université Toulouse-Jean Jaurès: “Au temps de l’anthropocène. Écouter les colères de la Terre”

Chair: Emmanuelle PERALDO, Université Lyon 3-Jean Moulin, SELVA

Panel 3 (salle Clémence Isaure): L’écriture pour dire la terre qui souffre / Writing to Heal the Bleeding Earth

15h-15h30 : Bénédicte MEILLON, Université de Perpignan Via Domitia: “L’agonie de gaïa dans Strange as this Weather Has Been, de Ann Pancake”

15h30-16h : Catherine LANONE, Université Paris 3-Sorbonne nouvelle: ” Calling time on grand projects:  Tasmanian art and environmental activism”

 Panel 4 (salon rouge): Voix de femmes et voix de la terre /  Women’s voices and land’s voices

Chair: Elizabeth de Cacqueray, Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS

15h-15h30: Colette SELLES,  Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS, SELVA: “Furrows and sorrows of the land in Australia seen through writings by Aboriginal and non Aboriginal writers”

15h30-16h: Margot LAUWERS, Université de Perpignan, Via Domitia: ” Lectures écoféministes d’un livre britannique oublié : les cris écrits de la Renarde (1917)”

16h-16h15: Pause café / Coffee break

Panel 5 (salle Clémence Isaure): Du microcosme au cosmos: le cinéma semeur de conscience / Movies sowing awareness

Chair: Françoise Besson, Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS, SELVA 

16h15-16h45: David ROCHE, Université de Toulouse-Jean Jaurès: “Experiencing the Earth in Cinema Anyway: The Haptic Aesthetics of Where the Green Ants Dream (Werner Herzog, 1984) and Charlie’s Country (Rolf de Heer, 2013)

16h45-17h15: Raphaelle COSTA DE BEAUREGARD, Université de Toulouse-Jean Jaurès, SELVA: ” Mapping agriculture on Mars”

18h-19h30: SPECTACLE POÉTIQUE / POETIC PERFORMANCE: LE CHANT ET LE SANG DE LA TERRE / SINGING THE BLEEDING EARTH”. Hôtel d’Assézat, salle Clémence Isaure

Lecture-représentation théâtrale par les poètes : Niyi OSUNDARE, Serge PEY, Chiara MULAS et par un groupe d’étudiants et d’enseignants qui liront des poèmes liés à la défense de la terre et notamment des poèmes de Pedro Casaldaliga, défenseur des paysans sans terre du Brésil et des Amérindiens.  Avec la participation des Sœurs Fatales, de Christiane FIOUPOU, traductrice de Niyi OSUNDARE, Helen GOETHALS, Colette SELLES, Héliane VENTURA, et d’un groupe d’étudiants (à préciser ultérieurement) encadrés par Daniel HUBER.

Reading and theatrical performance by the poets Niyi OSUNDARE, Serge PEY, Chiara MULAS and a group of students and teachers who will read poems linked with the defence of the Earth and particularly poems by Pedro Casaldaliga, who defended Brazil’s landless peasants and Native Americans. With Les Sœurs Fatales, Christiane FIOUPOU, Niyi OSUNDARE’s translator,  Helen GOETHALS, Colette SELLES, Héliane VENTURA, and a group of students staged by Daniel HUBER.

Vendredi 6 avril / Friday April 6th (Hôtel d’Assézat, salle Clémence Isaure et salon rouge)

Chair: Scott Slovic, Université of Idaho

9h-10h (salle Clémence Isaure): Conférence plénière Yves-Charles GRANDJEAT, Université Bordeaux-Montaigne: “You must know the speech of hills and rivers”: Some Ecopoetic Attempts at Reinhabiting an Eloquent World. 

10h-10h15: Pause café / Coffee break

Panel 6 (salle Clémence Isaure): Ecriture de la terre et écriture résistance pour defendre la terre/ Land’s writing and writing as resistance for the land

Chair: Hélèn Goethals, Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS 

10h15-10h45: Marcel DELPOUX, Professeur honoraire d’écologie végétale, Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse: “Genèse et évolution des paysages dans la forêt landaise (France) : des empreintes à l’histoire de la nature et des hommes.”

10h45-11h15: Yves LE PESTIPON, Lycée Pierre de Fermat, Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse: “De la terre pour toute la Terre: les pinélisations”

11h15-11h45: Eric DOUMERC, Université Toulouse-Jean Jaurès:  “Nature in West Indian Poetry: from Imitation to Politicised Nature Poetry”

11h45-12h15: Jean BERTON, Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS: “Le “machair”, symbole de la résistance à la colonisation de l’Ecosse septentrionale.”

Panel 7 (SELVA) (salon rouge): Terre et écriture du voyage / Land and Travel writing

Chair: Stéphanie Gourdon, Université de Lyon 2, SELVA  

10h15-10h45: Irina KANTARBAEVA-BILL, CAS, Université Toulouse-Jean Jaurès, SELVA: “The Shangri-La Redeemed – the British Construction of an Image of Tibet”

10h45-11h15: Emmanuelle PERALDO, Université Lyon 3-Jean Moulin, SELVA: “”I mark’d out a Semi-Circle for my Encampment”: l’empreinte de Robinson Crusoe sur l’île revisitée”

11h15-11h45: Tim HANNIGAN, University of Leicester, ROYAUME UNI, “A Voice in the Wilderness: James Rebanks’ The Shepherd’s Life as a ‘travellee polemic’ from Within the Object Landscape of the English Lake District”

11h45-12h15: Sharon HALEVI, University of Haifa, ISRAEL, “Oh, how sweet was the scene:” American Girls Travelling through the Hudson Valley in the Early Republic”

12h15-12h45: Jean VIVIÈS, Aix Marseille Université (sous réserve), SELVA: “Stevenson sur la terre des Cévennes”

12h45-14h30: Pause déjeuner / Lunch break

Chair: Christiane Fioupou, Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS

14h- 15h (salle Clémence Isaure): Conférence plénière / Keynote speech: Niyi OSUNDARE, poète, NIGERIA / Nigerian poet, University of New Orleans: “THE PLOUGH AND THE PEN. Of the scribbling hoe and library of yams”

 Panel 8 (salle Clémence Isaure): Terre mémoire, terre de tous / Memory of the Earth

Chair: Christiane Fioupou, Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS

15h-15h30: Michel BARBAZA, archéologue, Université Toulouse-Jean Jaurè: “Art et Mythes dans les massifs centraux sahariens au cours du 3ème millénaire av. J.-C.”

15h30-16h: Yveline DÉVÉRIN, Université Toulouse-Jean Jaurès: “Corps de la terre, peau de la terre, de la pensée aux pratiques des Moose [Mossi] : un paradoxe ?”

 Panel 9 (salon rouge): Relations militantes et/ou spirituelles à l’environnement / Earth activism and/or spiritual relationship with the land

Chair: Claire Cazajous-Augé, Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS 

15h-15h30: Sylvie DECAUX, IUT Paris Descartes: “ Earth activism, deux approches: la poésie de la mémoire avec Autumn Richardson et Richard Skelton et l’appel à l’action par la fiction de Starhawk

15h30-16h: Claire PERRIN, Université de Perpignan – Via Domitia): “Suffering with our dry land: an ecocritical comparison of spiritual relationships with the environment in Leslie Marmon Silko’s Ceremony and Starhawk’s The Fifth Sacred Thing”

16h-16h15: Pause café / Coffee break

Panel 10 (salle Clémence Isaure): Paysage et histoire / Landscape and History

Chair: Marie-Jeanne Gauffre, Université Toulouse-Jean Jaurès

16h15-16h45: Bernadette RIGAL-CELLARD, Université de Bordeaux 3: “Peindre le paysage pour construire la nation”

16h45-17h15: Jalad BERTHELOT OBALI, Université Jean Monnet, Saint-Etienne : “Signes et con-signe de la terre : L’écriture du pays natal chez C. N. Adichie. Le cas de L’hibiscus pourpre (2004)”.

17h30-18h30 (salle Clémence Isaure): Projection du film Prise de terre, film documentaire de Pascal et Patrick AUBRY – France 2013.  (52mn + discussion), présentation par les auteurs du film / Documentary presented by the authors of the film).

20h: Banquet en ville / Dinner in Toulouse

Samedi 7 avril (Hôtel d’Assézat, salle Clémence Isaure)

Chair: Catherine Lanone, Université Paris 3-Sorbonne nouvelle

9h30-10h30: Conférence plénière: Wendy HARDING, Université de Toulouse Jean Jaurès and Jacky MARTIN, Université Montpellier 3: “Furrows or Folds? The Dynamics of Landscape at Georgia’s ‘Little Grand Canyon'”

10h30-10h45: Pause café

Panel 11: Terres du voyage: terres imprimées et terres volées / Travel lands: land’s prints and land’s wounds

Chair: Isabelle Keller-Privat, Université Toulouse-Jean Jaurès

10h45-11h15: Louis ALBERTINI, agronome, Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse: “Les terrasses de cultures”

11h15-11h45: Aziz SY, agronome, Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse: “Accaparement des terres  versus sécurité alimentaire”

11h45-12h15: Pascal BARDET, Université Toulouse-Jean Jaurès; ” Lorsque l’écrit décrit le cri de la terre: la Vallée des Cendres comme espace géopoétique dans The Great Gatsby de F. Scott Fitzgerald”

12h45-14h30: Pause déjeuner

Chair: Wendy HARDING, Université de Toulouse Jean Jaurès

14h30- 15h30: Conférence plénière / Keynote speech: Scott SLOVIC, Université of Idaho, USA: “Furrowed Brows, Questioning Earth: Minding the Loess Soil of the Palouse”

15h30-15h45: Pause café

Panel 12: De l’aliénation à “l’attention magique”: la poésie pour réentendre la terre / From Alienation to Magic Care: Poetry to Hear the Earth Again

Chair: Bénédicte Meillon, Université de Perpignan Via Domitia,

15h45-16h15: Stéphanie GOURDON, Université de Lyon 2: “Alienation and reappropriation of the Estonian land through the British eye in A Residence on the Shores of the Baltic by Elizabeth Rigby (1841)”

16h15-16h45: Sophie ELZIERE, Université Paris-Sorbonne: “Le langage minéral du territoire d’Elmet et la pensée du devenir
 dans Remains of Elmet de Ted Hughes.
”

16h45-17h15:  Benjamin FERGUSON, Université Versailles-St Quentin: “John McPhee, and the Technocratic Proximity to the Earth”

17h15-17h45: Athane ADRAHANE, Université libre de Bruxelles, BELGIQUE, poète et photographe: “De la polyphonie des récits, cris et écrits de la terre. Pratique de l’attention magique.”

Dîner libre en ville.

Dimanche 8 avril: Excursion dans la Malepère (sentier botanique, vignoble de la Malepère) entre Montagne Noire et Pyrénées, sous la conduite de Marcel DELPOUX,  chercheur botaniste de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse.


 

Représentations de la nature à l’âge de l’Anthropocène 

Colloque international 

 Lyon les 22 et 23 mars,

organisé par Jean-Daniel Collomb et Pierre-Antoine Pellerin

Le programme est disponible en cliquant sur le lien ci-contre: Program.La Nature à l’âge.web-1

 


Formes apocalyptiques du pouvoir et programmes apocalyptiques

Maison de la Recherche – Université Paul Valéry Montpellier 3, Auditorium, Site St Charles 2

12-14 mars 2018

Colloque coorganisé par les laboratoires EMMA (Université Paul Valéry Montpellier 3), TransCrit (Université Paris 8), HCTI (UBO) et RIRRA21 (Université Paul Valéry Montpellier 3), avec le soutien du CPER GUEST-Normandie.

Le programme est téléchargeable ici: Programme Apocalypse mars 2018


« Espoirs et pouvoirs de femmes: approches écoféministes de la résilience

à travers la photographie et la littérature”

Copyright: Photo d’Athane Adrahane

Le samedi 10 mars, Maison de la Catalanité à Perpignan

Cette journée d’études consacrée à l’écoféminisme est issue d’un partenariat entre l’Atelier de recherche en écocritique et écopoétique (rattaché au laboratoire CRESEM) de  l’Université de Perpignan et le Service Culturel du Conseil Départemental, 66 dans le cadre des Semaines des droits des femmes.

Cartons d’invitation:

Espoirs et pouvoirs de femmes-1

Exposition Resurgence 2(1)

11h00 Vernissage de l’exposition photographique « Résurgence », d’Athane Adrahane, artiste et chercheuse en écophilosophie et écopoétique.

Cette exposition est composée de deux séries de photographies:

« Résurgence – Nom féminin : réapparition à l’air libre, sous forme de grosse source, de l’eau absorbée par des cavités souterraines »

Il est des enfances violentées aux voix dormantes qui un jour trouvent la force de libérer les fragilités, de les transmuter. On voit alors ces larmes chaudes longtemps contenues se mettre à respirer le soleil et à le souffler jusqu’au cœur de la mer. Elle se donne ici la permission de se raconter corps de femme, de réclamer ce droit des pieds à toucher terre, ce droit des mains à caresser sable, ce droit du ventre à abriter vie, ce droit de la bouche à dire : moi, femme, poésie de la vie…

« Le peuple de tes fissures » (œuvre réalisée avec le photographe Guillaume Sens)

Il s’agit d’un voyage intime au cœur des multiples paysages et métamorphoses du corps, d’une mise à nu de ses danses de braises et de glaises, où s’explorent des devenirs femmes, anges, animaux… Avec profondeur et douceur, ces photographies peignent d’autres manières de raconter les terres affectives qui nous peuplent, ainsi que d’autres façons de faire musique avec celles de l’autre. On y verra la femme se chanter corps de terre, l’homme, bienveillante et irrigante lumière. Cette série a fait l’objet d’une publication dans l’ouvrage La conscience magique  (Substance) d’Athane Adrahane.

Le vernissage sera accompagné d’une lecture de poèmes de l’autrice. 

Exposition présentée à la Maison de la Catalanité du 2 mars au 6 avril.

Lien vers le site de l’artiste : www.athaneadrahane.be

Cette exposition accordera une petite place à des “propositions écocripoétiques” sur le thème “Espoirs et pouvoirs de femmes,” par le biais de quelques photographies réalisées par Margot Lauwers et Bénédicte Meillon dans le cadre de travaux entre recherche et création.

Crédit Photo Margot Lauwers et Béné Meillon

13h30 Conférence « L’agonie de Gaïa : lecture écoféministe du roman Strange as this Weather Has Been d’Ann Pancake, écrivaine et essayiste américaine » par Bénédicte Meillon, enseignante-chercheuse au CRESEM de l’Université de Perpignan Via Domitia. 

Se rapprochant de la fiction-reportage, le roman d’Ann Pancake trace des vies enchevêtrées dans la montagne où elles sont nées et les conséquences sur elles de l’extraction du charbon par décapitation des sommets de chaînes entières. Donnant voix à une poésie vernaculaire qui réhabilite la beauté et les significations profondes du parler rural, le roman singulier d’Ann Pancake donne la parole à des personnages filles et femmes, montagne, faune et flore, qui tous souffrent du même pillage, des mêmes arrachements, de la mise à l’épreuve de leurs ressources. Mais, à travers le destin de personnages femmes qui révèlent une résilience à la hauteur des montagnes qu’elles ne peuvent se résoudre à laisser détruire et dont elles ne peuvent se laisser déraciner, c’est finalement une vision optimiste des liens qui nous relient à la terre que nous offre Pancake.

15h00 Conférence « Empow-HER : quand les femmes reprennent le pouvoir par le biais de la nature dans l’œuvre de Joseph Boyden » par Samia Haroune, étudiante en master 2 Recherche à l’UPVD.

Le mouvement écoféministe puise ses ressources dans l’analogie faite entre les femmes et la nature, trop souvent perçues par les hommes telles des êtres inférieurs. Dans ses romans qui mettent en scène les Premières Nations (soit les tribus amérindiennes du Canada), Joseph Boyden offre une toute autre vision de l’alliance entre les femmes et la nature. À l’aune d’une autre ontologie, il renverse ainsi la vision patriarcale pour révéler des femmes et une nature qui deviennent de puissants agents de guérison. L’étude portera d’abord sur l’utilisation et les abus de pouvoir exercés sur la nature et les femmes dans le roman. Sera ensuite abordée la guérison des femmes par le biais de la nature. Enfin, il s’agira de mettre en lumière comment les femmes et la nature reprennent le pouvoir dans cette fiction amérindienne, et ce que cela peut nous inspirer d’un point de vue occidental contemporain.

Le programme complet des rencontres sur les droits des femmes organisées par le CD 66 est disponible ci-contre: Prog-DroitsF2018VAl



Exposition de sculptures végétales 
par Charles Dalant

 Inauguration couplée à une conférence donnée par l’artiste

« Empédocle : Un arché écopoète »

jeudi 18 janvier 2018, à 17h00 – Verrière de la BU, 1er étage

 Photo Charles

Atelier de recherche Ecocritique et écopoétique, CRESEM

(avec le soutien de la BU de l’UVPD)

Charles Dalant est artiste plasticien. Il intervient en tant que chercheur au sein de l’atelier de recherche transversal en écocritique et écopoétique. Il réalise des sculptures hybrides qui débrident notre imagination végétale et mêlent divers matériaux recyclés.

DSC01393

Exposition du 18 janvier au 9 février 2018 au 1er étage de la BU.


« ‘Les traits d’union entre la terre, l’eau et les histoires’ :

une éthique de la terre dans les films amérindiens »

 Lee Schweninger,  Professeur à l’Université Wilmington de Caroline du Nord

Nombre d’écrivains Amérindiens se montrent réticents envers l’image stéréotypée qui leur est souvent affublée, celle leur attribuant un amour sentimental pour la terre pendant qu’ils idolâtreraient une sorte de déesse Terre-Mère. Parmi ces mêmes auteurs, nombreux sont ceux qui reconnaissent toutefois que les peuples indigènes d’Amérique du Nord entretiennent une relation avec leur environnement physique, avec la terre et les animaux qui s’avère en effet bien éloignée et plus respectueuse de la nature que celle entretenue par la culture de masse. Dans son essai intitulé « La sagesse tragique des Salamandres », Gerald Vizenor suggère l’existence d’une telle éthique lorsqu’il écrit : « La salamandre, entre-deux naturel des amphibiens […], est peut-être une humble signature de la planète, le trait d’union entre la terre, l’eau et nos histoires. » Cette « signature » revient fréquemment dans les littératures amérindiennes et apparaît également dans le cinéma amérindien. De ce fait, alors que les films indigènes indépendants, à petit budget, se doivent de répondre et résister à Hollywood (aux westerns hollywoodiens notamment) et à son hégémonie, le cinéma amérindien s’efforce en outre de s’attaquer au mépris de l’environnement dont témoigne la culture de masse. A travers des films tels que Powwow Highway de Jonathan Wacks (1989), The Doe Boy (2001) de Randy Redroad, ou encore Barking Water (2009) de Sterlin Harjo, le cinéma amérindien dénote d’une éthique de la terre qui s’écarte de celle offerte par Hollywood et qui s’avère inhérente à la composition même de la filmographie et de l’intrigue. Tout comme demeurent omniprésentes dans l’histoire des Amérindiens les questions liées à la terre et à sa dégradation, aux dépossessions mises en œuvres par des politiques de déplacements forcés, de redistribution, de campement dans des réserves ou encore d’extermination, de même toutes ces questions occupent-elles une place centrale dans le cinéma amérindien.


Madame Caroline DURAND-ROUS soutiendra sa thèse de doctorat intitulée

Le totem réinventé : exploration de l’identité et redéfinition de soi
dans la fiction amérindienne contemporaine
 
le samedi 2 décembre à 14h00
à l’Université de Perpignan Via Domitia 
(Salle Yves Guitton)
 
devant un jury composé de :

Mme Françoise BESSON, Professeur, Université Toulouse Jean Jaurès (rapporteur) 
M. Lionel LARRÉ, Professeur, Université Bordeaux Montaigne (rapporteur)
Mme Bénédicte MEILLON, Maître de Conférences, Université de Perpgnan (Co-encadrante)
M. Jonathan POLLOCK, Professeur, Université de Perpignan 
Mme Bernadette RIGAL-CELLARD, Professeur, Université Bordeaux Montaigne (co-directrice)
M. Lee SCHWENINGER, Professeur, University of North Carolina Wilmington
Mme Pascale AMIOT, Professeur, Université de Perpignan (co-directrice)
 
La soutenance est publique.
(Veuillez excuser les différences de taille de caractères, automatiques et impossibles à rectifier: Celles-ci ne sont pas volontaires et ne possèdent aucun sens établi).

ENVIRONMENTAL HISTORIES OF CAPITALISM: LAND, RACE, AND PROFIT 

14 NOVEMBRE 2017, UNIVERSITÉ PARIS NANTERRE

 Cet événement, organisé par le Centre de Recherches Anglophones (CREA) de l’Université Paris Nanterre, réunira des spécialistes de l’environnement aux Etats-Unis pour une journée de discussions et d’échanges sur les transformations environnementales engrangées par le capitalisme au XXe siècle ainsi que sur la manière dont la nature a façonné, en retour, le système capitaliste. Une attention particulière sera portée aux liens entre inégalités raciales, environnement et spéculation immobilière. Cette journée d’études est organisée dans le cadre du projet “Places and Cultures of Capitalism: New Histories from the Grassroots” mené par le CREA (Université Paris Nanterre) et HDEA (Université Paris-Sorbonne) en collaboration avec York University et University College London.

Programme de la journée (14h-17h) :

 14h
Thomas J. Adams, chercheur invité au CREA, Université de Sydney, “Draining the Swamp: Political Economy, Gulf Coast Labor Migration, and the Contradictions of Segregation in New Orleans, 1875-1927”.

14h45
Elsa Devienne, Université Paris Nanterre, “From ‘Slum by the Sea’ to ‘Silicon Beach’: An Environmental History of Venice, USA”.

15h30
Andrew W. Kahrl, Université de Virginie, “Nature, On a Leash: The History and Future of Coastal Capitalism”.

16h15
Commentaires de conclusion par Giacomo Parrinello, Sciences-Po Paris

Lieu

Université Paris Nanterre, Maison Max Weber
Salle de séminaire 2 

Pour plus d’informations: http://crea.parisnanterre.fr/environmental-histories-of-capitalism-land-race-and-profit–796126.kjsp


 Journée d’étude organisée par François Gavillon,

« Réalisme magique et environnement dans le texte et l’image »

Laboratoire HCTI,  sous-axe « Discours de l’environnement » de l’axe 1 (« Espaces »)

Pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias de Quimper,

le vendredi 20 octobre 2017

Soit le réalisme magique, concept notoirement disputé, mais dont on donnera ici une définition consensuelle : irruption du magique/surnaturel/non-rationnel dans une œuvre par ailleurs réaliste (littéraire souvent, mais pas seulement).

Soit la question de l’environnement, qui a forcé son chemin jusqu’au cœur de notre modernité, philosophique, scientifique, politique, économique, et de nos arts.

Soit un investissement inédit de la question environnementale par des modes d’expression, littéraires ou imagiques, qui délaissent les chemins traditionnels de la rationalité pour s’engager sur des pistes non-réalistes/non-rationnelles peu fréquentées.

Ce croisement déplace-t-il les lignes théoriques du réalisme magique ? Et parallèlement, le réalisme magique donne-t-il voix nouvelle à la « nature » et forme nouvelle à ce qui la questionne : nature sauvage/nature humanisée ; animalité ; (in)justice environnementale ; catastrophe ; science et spiritualité ; localité/globalité ; esthétique… ?

Cette première journée d’étude aura pour but de réfléchir sans a priori réducteurs aux questions théoriques que pose ce rapprochement nouveau (l’est-il vraiment ?) ainsi qu’au périmètre de notre recherche.

Il va sans dire que plus variées seront les formes artistiques envisagées (texte, cinéma, BD, photographie, land art…), plus nombreuses seront les langues et aires géographiques représentées, et plus cette recherche sera riche d’inspiration et de découverte.

Programme de la journée :

9h30 : accueil et présentation scientifique

10h00 : Benoît Quinquis “Le temple du soleil d’Hergé : de la magie dans le monde réel à la magie réelle du monde”

10h45 : Lucie Taïeb “De la décharge comme lieu mystique : figures et transfigurations de sites dévastés”

11h30 : Gilles Chamerois “« Un monde même et autre » : la photographie aérienne environnementale, réaliste et magique”

Déjeuner au restaurant universitaire

14h00 : Bénédicte Meillon “Réalisme magique, justice écopoét(h)ique et écoféministe dans quelques nouvelles du Wyoming d’Annie Proulx”

14h45 : Anne-Laure Bonvalot “Écolittératures du Sud global et « réalisme magique » : quelles affinités ?”

15h30 : Samia Haroune ”

L’écopoétique de Joseph Boyden : “Quand nature et réalisme magique s’allient pour le bien des hommes”

16h15 : Anne Le Guellec ”

Dreaming Ecology : “La catastrophe écologique au prisme de la cosmologie aborigène dans Carpentaria de Alexis Wright.”

Télécharger l’affiche: Programme 20 octobre 


Colloque « Le spirituel : concept opératoire en sciences humaines ? Débat interdisciplinaire », 19-20 octobre 2017, Rennes 2

Jeudi 19 octobre 2017 / Université Rennes 2, Campus Villejean, Bât. L, Amphi L3

 8h30> Accueil des participants (Bât. L)

9h> Ouverture du colloque (Amphi L3) : Sylvie Bauer, Professeur de littérature américaine, directrice de l’équipe d’accueil ACE (Anglophonies, Communautés, Ecritures), Rennes 2

Propos liminaire : Claude Le Fustec, Maître de Conférences en littérature américaine, Rennes 2 et membre du réseau Theorias ; Myriam Watthee-Delmotte, Directrice de recherches du FNRS et Professeur de littérature française UCL, Belgique, co-directrice du réseau Theorias;  Xavier Gravend-Tirole, Faculté de théologie et science des religions, Université de Lausanne, et chercheur membre du réseau Theorias

10h> Session 1 :La spiritualité en question : grands enjeux contemporains

Modération : Claude Le Fustec, Rennes 2

10h10> Eric Vinson, Sciences Po-ICP-GSRL :La sublimation spirituelle du scepticisme, issue possible pour notre crise de civilisation ? 

10h30> Jean-Michel Yvard,Université d’Angers :Athéisme et spiritualité : quelques perspectives contemporaines 

 10h50> Discussion

11h10> Pause

11h30> Vincent Calais, Université Catholique de Lille : La psychanalyse, une entreprise spirituelle ? 

 11h50> Jean-Philippe Perreault, Université Laval, Québec : Penser le spirituel dans la société de consommation 

 12h10> Florent Pasquier,ESPE, Paris IV, Costech, UTC : Les apports des approches transpersonnelles et transdisciplinaires pour rendre opératoire le concept de spiritualité en sciences humaines et sociales

 12h30> Discussion

13h> Déjeuner (Bât. P, salle 710)

14h20> Session 2 (Amphi L3) : Le Spirituel en Art et Littérature

Modération : Myriam Watthee-Delmotte, FNRS-UCL, Belgique

14h30> Aude Bonord,Université d’Orléans :La théorie littéraire des écrivains contemporains et le spirituel 

14h50> Oxana Dubnyakova, Université de Moscou et Tatiana Kassatkina, Institut de l’Académie des Sciences de Russie : Le concept de spiritualité dans le monde russophone 

 15h10> Discussion

15h30> Pause

15h50> Lydie Parisse, Université Toulouse 2 : Théâtres de la voie négative

 16h10> Danielle Boutet, Université du Québec à Rimouski : Penser la surexistence : étudier les arts en tant que pratiques du dépassement expérientiel

 16h30> Discussion

17h> Réunion Theorias

19h> Réception à la mairie de Rennes

 

Vendredi  20 octobre 2017 / Université Rennes 2, Campus Villejean, Bât. L, Amphi L3

 8h45> Accueil des participants

9h> Conférence plénière, François Trémolières, Université Rennes 2 :Histoire de la littérature, Histoire de la spiritualité

 10h> Session 3 : Le Spirituel : perspectives historiques, philosophiques et théologiques

Modération : Xavier Gravend-Tirole, FTSR, Université de Lausanne

10h10> John Dupuche, UD, Melbourne, Australie : The dialectic between experience and expression

 10h30> Mary Frohlich, CTU, Chicago, USA : Spirituality and contemplative interiority

 10h50> Discussion

11h10> Pause

11h30> Alessandra Maigre, Université de Fribourg : Le Spirituel : perspective de théologie pratique

11h50> Fionn Benett, Université de Reims : The Cosmopolitical Application of the Spiritual in Antiquity and Its Relevance to Environmental Humanities Today

 12h10> Discussion

12h30> Déjeuner (Bât. P, salle 710)

13h30> Conférence plénière (Bât. L, Amphi L3) : Dominique Bourg, Université de Lausanne, Universalité spirituelle, particularisme religieux

14h30> Session 4 Spiritualité et environnement, Modération : Louisa Plouchart-Even, Rennes 2

14h45> Aurélie Choné, Université de Strasbourg :Le spirituel : concept opératoire pour penser la crise écologique ?

 15h05> Michel LompechUniversité Clermont-Ferrand : Le « spirituel » comme clef de lecture du paysage ? Retour sur l’œuvre de Pierre Deffontaines

 15h25> Discussion

15h45> Pause

16h> Sophie Izoard, UCL, Belgique : Le spirituel en management: illusion, oppression ou signe des temps ?

16h20> Stanislas Deprez, Université Catholique de Lille :  Le transhumanisme est-il la spiritualité du XXIè siècle ?

 16h40> Discussion

 17h> Synthèse collective

 20h> Dîner de clôture


Thoreau from Across the Pond

International Symposium, October 18-20, 2017. ENS de Lyon, France.

Keynote speakers: Laura Dassow Walls, Branka Arsić and William Rossi. 

Contact: thoreau.lyon2017@ens-lyon.fr 

The conference will take place at the ENS de Lyon in Lyon, France. The ENS campus is divided into two areas: the Monod area and the Descartes area, both located in the same neighborhood: http://www.ens-lyon.fr/en/how-to-get-to-the-ens-de-lyon–106627.kjsp

On Oct. 18, the conference will take place in the Monod area, in room « Salle Place de l’École » (address: 61 allée d’Italie, 69007 Lyon > https://goo.gl/maps/oYALp3h6EgT2)

On Oct. 19 and 20, the conference will take place in the Descartes area, in room D8.007 (address: 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon > https://goo.gl/maps/pQtYaSfrEEG2)

Télécharger l’affiche et le programmeThoreauFromAcrossThePond-program

 


Pierre Schoentjes

 « Espaces naturels, lieux de l’écriture»

Mardi 17 octobre à 17h00, Salle du VECT-Bâtiment Y

 Atelier de recherche en Ecocritique et écopoétique, CRESEM

Université de Perpignan

« De nombreux lecteurs, aujourd’hui éloignés des campagnes et peu informés en matière d’histoire naturelle, peinent à saisir les réalités concrètes du monde. Dans le même temps un mode de vie toujours plus citadin mais qui ne tient pas toujours ses promesses, les pousse vers la nature… fut-ce seulement à travers les livres.  Partant de ce constat je me tournerai d’abord vers quelques œuvres maîtresses qui ont fait un place importante à la nature : je m’arrêterai à Marcel Proust et à Claude Simon, mais aussi à Pierre Gascar, un écrivain aujourd’hui aussi oublié que sont célèbres les deux premiers. J’élargirai ensuite le champ pour montrer plus en détail comment la littérature de l’extrême contemporain cherche à faire une place à la nature et aux menaces qui pèsent sur elle. Ce sera l’occasion d’évoquer les fictions qui mettent en scène une solitude au milieu d’une nature sauvage ainsi que les récits qui reviennent sur une randonnée à travers la France.

Dans ces textes tournés vers les espaces naturels, et dont certains font volontiers résonner un héritage anglo-saxon, se joue une nouvelle manière de se penser dans le monde. Ils participent d’ailleurs aussi d’une réflexion sur ce que signifie être français en ce début de XXIe siècle. »

Pascale nénufar

Photo Pascale Amiot

Pierre Schoentjes est professeur à l’Université de Gand, où il enseigne la littérature française. Spécialiste de l’ironie (Poétique de l’ironie, Seuil, 2001) et de la représentation littéraire de la (Grande) guerre (Fictions de la Grande Guerre, Classiques Garnier, 2009), il interroge la littérature des XXe et XXIe siècles dans une perspective européenne. S’intéressant de près à la littérature de l’extrême contemporain il a lancé, en collaboration avec une équipe internationale, une publication électronique : la Revue critique de fiXXIon française contemporaine. Ses derniers travaux portent sur l’écopoétique : Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique (Wildproject, 2015) a obtenu le prix Vossaert 2016 de l’Académie (Belgique) qui couronne un essai de caractère littéraire.


« La forêt dans les Amériques »

Colloque du pôle Sud-Ouest de l’Institut des Amériques

à l’Université de Bordeaux du 11 au 13 octobre 2017

Télécharger le programme: programme Forêt dans les Amériques


L’atelier de recherche en écocritique et écopoétique de Perpignan

fait sa rentrée en beauté,

avec la conférence exceptionnelle de Starhawk, le 5 septembre 2017:

Starhawk

« De la terre et l’esprit à l’action »

Mardi 5 septembre à 17h00, Amphi Y

 Ecrivaine californienne, grande passeuse et penseuse de la mouvance écoféministe et de l’activisme pour la santé de la planète, Starhawk explore et tisse des liens entre écoféminisme, néopaganisme et permaculture. Elle travaille pour une spiritualité, une philosophie et une praxis enracinées dans la terre.

Starhawk a écrit et coécrit treize ouvrages de fiction et de non-fiction, traduits dans une douzaine de langues. Elle dirige Earth Activist Trainings, où elle enseigne la permaculture en lien avec une spiritualité de la terre.

IMG_20161106_144117371_HDRphoto B.Meillon

Nous foulons le sol d’une planète vivante, et pour guérir ses blessures et inverser la dévastation écologique en cours, il nous faut restaurer un sens du sacré dans la nature et la terre. Notre manque de connexion vivante avec la nature et la façon dont nous nous sommes coupés des ontologies indigènes européennes est en lien étroit avec l’avènement du capitalisme et la consolidation des systèmes d’oppression à travers le monde. Starhawk parle de ce voyage commencé il y a plus de trente ans à la reconquête d’une spiritualité de la terre où les humains puisent de la force, éclairés par les enseignements de la nature. Elle présentera son travail en tant qu’activiste, conceptrice et formatrice en permaculture et écrivaine visionnaire : « Lorsque nous sommes mus par le désir de reprendre le pouvoir, au service de la terre, nous puisons dans des forces puissantes qui deviennent ainsi nos alliées. » (Résumé proposé par Starhawk et traduit par Béné Meillon)

 Vous pouvez télécharger l’affiche ci-contre: Affiche Starhawk. Il y manque encore les copyright: dessin de H. Bieri, photo de B. Meillon.


Le CRESEM invite le sociologue Michel Maffesoli, Professeur Emérite à Paris Descartes, pour une conférence qui aura lieu en Amphi 5, à l’UPVD,                          le vendredi 5 mai à 18h30, conférence intitulée “L’Ecosophie?”

Le CRESEM invite le sociologue Michel Maffesoli, Professeur Emérite à Paris Descartes, qui parlera de son dernier ouvrage paru, Ecosophie, aux Editions du Cerf. Cet ouvrage présente le champ de l’Ecosophie, et comment il se distingue pour l’auteur de l’écologie politique et de l’écologie. Maffesoli établit un parallèle entre biodiversité et multicultiralisme sociétal. Spécialiste de le postmodernité, il stipule que le monde tend vers le paradigme écosophique, qui repose sur un nouvel équilibre entre la matière et l’esprit. Il revendique une philosophie plus enracinée, qui permet de refonder un “vivre-ensemble” basé sur la perception de la nature comme le bien commun: “les hommes, les espèces animales, les espèces végétales, minérales etc. mais même les objets participent du même monde, d’une même nature des choses.”
La conférence, qui pourra intéresser les chercheurs en écocritique et écopoétique, aura lieu en Amphi 5, à l’UPVD, le vendredi 5 mai à 18h30.

 

8th Annual Conference on the New Materialisms

June 7th-9th, 2017, Paris

Environmental Humanities and New Materialisms:

The Ethics of Decolonizing Nature and Culture

Keynote speakers: Sandra Regina Goulart Almeida (Universidade Federal de Minas Gerais), Rosi Braidotti (Utrecht University), Bruno Latour (SciencesPo), Angela Mitropoulos (University of Western Sydney), Iris van der Tuin (Utrecht University)

Organized by: New Materialism: Networking European Scholarship on ‘How Matter Comes to Matter’, European Cooperation in Science and Technology (COST), Action IS1307
In association with Ladyss – Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces, and UNESCO – United Nations Educational, Scientific, and Cultural Organization.

Conference website HERE
Registration HERE

Draft programme HERE
(For more info contact: admin@newmaterialism.eu)

Conference at:
UNESCO
7 Place de Fontenoy
75007 Paris


Séminaire de Poéthiques: “Paysages sonores” par François Noudelmann, philosophe

vendredi 28 avril, à 14 h (Salle D31, Maison de la Recherche)

Organisé par Nathalie Cochoy, (CAS, Université de Toulouse Jean Jaurès) en collaboration avec Jean-Yves Laurichesse (PLH-ELH).

La conférence sera suivie par les présentations de deux jeunes chercheuses en littérature américaine et en littérature comparée, Lucie Jammes et Nathalie Avignon

Voir affiche: aff poetiques 5


Atelier de recherche Ecocritique et Ecopoétique, CRESEM

 Séance du vendredi 21 avril, 17h00

Verrière de la Bibliothèque Universitaire de l’UPVD

« Les êtres à effet de souffle », par Athane Adrahane

Cette séance sera couplée avec le vernissage de l’exposition de photographies écopoétiques par Athane Adrahane, organisée en partenariat avec le Service Culturel de l’UPVD

Consulter l’affiche: Conférence et vernissage Athane Adrahane

Nous avons l’immense plaisir de vous convier à la prochaine séance de notre atelier de recherche en Ecocritique et Ecopoétique à l’Université de Perpignan, le 21 avril prochain. Cette séance exceptionnelle est organisée en partenariat avec le Service Culturel de l’UPVD, qui s’est engagé à nos côtés pour la prise en charge de l’exposition photographique proposée par Athane Adrahane. La séance aura lieu dans la belle Verrière de la BU, et sera l’occasion du vernissage de l’exposition de photographies écopoétiques d’Athane Adrahane. Notre collègue artiste et doctorante en philosophie aura ainsi l’occasion de communiquer sur “Les êtres à effet de souffle”  tout en nous proposant une balade dans un paysage photographique offrant une reflet de ses travaux de recherche, sa pensée et sa démarche artistique. Nous vous invitons à lire le résumé de la communication ci-dessous et à contempler la superbe affiche réalisée pour l’occasion par le Service Communication de l’UPVD, à télécharger ci-dessus. N’hésitez pas à diffuser ce mail par vos réseaux et à venir accompagnés. Nous en profitons pour rappeler que nos activités sont ouvertes aux personnes de la société civile, avec qui nous cherchons entre autres par nos activités transdisciplinaires, à la fois universitaires et artistiques, à créer un dialogue constructif et ouvert à tous et toutes.

 

 « Un même espace unit tous les êtres: espace intérieur au monde. En silence l’oiseau vole au travers de nous. Ô, moi qui veut grandir, je regarde au-dehors, et en moi grandit l’arbre. » R.M.Rilke

 « L’homme qui plantait des arbres » de Jean Giono offre le récit d’un berger qui, voyant que la montagne se meurt, décide de remédier à cet état des choses en plantant des milliers d’arbres. Capter ce qui fait défaut à la santé d’un lieu, demande de se mettre à son chevet, d’ausculter sa respiration, sa température, son pouls. Le berger s’est donc rendu attentif aux souffles de la montagne, aux pactes entre les mondes pluriels. Quelles sont les bonnes et les mauvaises alliances entre le vent, le soleil, l’eau, la terre, les animaux et les humains ? La forêt se vit à la manière d’un enchevêtrement de mondes avec de nombreux protocoles d’échange. Quand ceux-ci viennent à disparaître, cela se fait sentir dans l’art de vivre. Notre communication s’attachera à habiter les questions vitales que nous posent l’arbre et les êtres avec lesquels il fait monde. Que raconte le peuple des arbres ? À quelles dimensions de notre être s’adresse t’il ? Quelles voies de connaissance sont à activer pour que puisse se pratiquer une musique commune aux différentes formes de vie ? Les voix de Rilke, Le Clézio, Nietzsche, Deleuze et Guattari seront convoquées afin d’ensemencer la réflexion. Une animation chantée prendra place au sein de l’atelier afin de donner à sentir la portée respiratoire de notre paysage verbal.

Athane Adrahane, est écrivaine, photographe et musicienne. Elle prépare un doctorat en philosophie sur les liens entre récits et écologies (sous la direction de Benoît Timmermans), à l’Université Libre de Bruxelles.

Bien à vous tous et au plaisir de vous retrouver pour cette séance prometteuse,

Margot Lauwers, Bénédicte Meillon et Jonathan Pollock

 


“La langue comme organisme vivant (XVIe-XXIe siècles),” journée d’études,  vendredi 31 mars 2017,  salle E411 de la Maison de la Recherche,

à l’Université de Toulouse Jean Jaurès.  

Organisée par Isabelle Serça et Agnès Rees, cette journée réunira des chercheurs en linguistique et en littérature autour des représentations organiques (végétales et corporelles) de la langue française, et elle se terminera par une rencontre-lecture avec l’écrivain Jocelyn Bonnerave, auteur de L’Homme Bambou (Seuil, 2013). Vous trouverez en pièce jointe l’affiche et le programme de cette manifestation:

affiche JE langue comme organisme vivant

programme JE langue comme organisme vivant


Le prochain séminaire de Poéthiques à l‘Université Jean Jaurès, Toulouse,organisé en collaboration avec Jean-Yves Laurichesse (PLH-ELH) aura lieu le vendredi 24 mars, à 14 h (Amphi 1, Bâtiment Gai Savoir) et accueillera Jean-Claude Pinson, écrivain et philosophe, pour la conférence  “Habiter en Poète.”

La conférence sera suivie par une présentation d’Elsa Courant.

Vous pouvez télécharger l’affiche ci-joint: Atelier Poéthiques 24 Mars


Le CRINI accueillera deux séminaires de Maureen O’Connor, professeur invité,           les 23 et 24 mars à l’Université de Nantes. 

Le 24 mars : “Irish Ecofeminism and the Contemplation of Bones”

This presentation will introduce students to ecofeminist theory and consider the implications for the practise in an Irish context. I will be asking whether, for example, ecofeminism is helpful in considering the recent discovery of the remains of 796 babies and toddlers on the grounds of a former mother-and-baby home in Tuam, County Galway. To conclude, together we will analyse a poem, “Scríob,” by Irish poet, Moya Cannon, in which the discovery of bones inspires ruminations on not only death but also on art and language, their limits and possibilities.

  MaurMaureen Mc Connoreen O’Connor lectures in the School of English in    University College Cork. Author of The Female and the Species:    The Animal in Irish Women’s Writing (2010), she has also        edited and co-edited several essay collections and special journal issues and has published widely on Irish women writers and the environment.

Le séminaire est ouvert à tout public dans la limite des places disponibles.
La langue de travail sera l’anglais.

Le 23 mars, Maureen O’Connor donnera également une conférence sur le féminisme irlandais et le végétérianisme :  “Animal Souls and Votes for Women: Intersections between Diet and Politics in the Work of First-Wave Irish Feminists”
Voir l’info sur le site de la SOFEIR ici

Contact : marie.mianowski@univ-nantes.fr


Une projection à ne pas manquer: le film Homo Sapiens de N. Geyrhalter, un film sur les traces que l’homme laisse sur terre.
Ci-joint un dossier sur le film: homosapiens-dp
La projection aura lieu à l’Institut Jean Vigo, 1 Rue Jean Vielledent, 66000 Perpignan
le Jeudi 2 mars 2017 à 19h10.


“La microbiologie dans les pratiques artistiques contemporaines”
28 février 2017 de 14h à 18h
Grand amphithéâtre de l’Institut du monde anglophone
5, rue de l’École de médecine, 75006 Paris
14h – 14h50 : François-Joseph Lapointe (Université de Montréal / Laboratoire d’écologie moléculaire et d’évolution)
 
« Microbiota ex machina – les microbes dans l’art/ l’art dans les microbes »
Discutant : Eric Bapteste (CNRS / équipe « Adaptation, Intégration, Réticulation & Evolution »)
14h50 – 15h40 : Jennifer K. Dick (Université de Haute Alsace / Institut de Recherche en Langue et Littératures européennes)
 
« Circuits, CERN et l’imaginaire scientifique : de l’observation à la création en poésie contemporaine »
Discutante : Carole Birkan-Berz (Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / PRISMES – Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone)
15h40 – 16h : Pause
16h – 16h50 : Lia Giraud (Paris Sciences et Lettres / EnsadLab)
 
« L’œuvre-processus : une approche mésologique et esthétique de la sensitivité chez les micro-organismes »
Discutante : Catherine Larose (CNRS / Ampère – Environmental Microbial Genomics)
16h50 – 17h40 : Marion Laval-Jeantet (Paris 1 – Panthéon Sorbonne / UMR Acte CNRS)
 
« Auto-expérimentation artistique et microbiote »
Discutante : Anne Simon (CNRS / EHESS – CRAL)
17h45 Discussion
18h15 Cocktail

L’équipe Prismes (Pôle Irlande)
Séminaire mensuel « Irish Tuesdays » à 17h30 le 21 février 2017, 
 séance consacrée à l’éco-critique dans la littérature irlandaise.
 
Nous entendrons Claire Connolly, (University College Cork) “Irish Literature & Climate Change: Telling rather than showing” et Derek Gladwin (University of British Columbia) “Bog Shimmers: Ecological Regret & Wetlands in Irish Literature and Culture”.
 
Maison de la recherche
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 
4 rue des Irlandais,
75005 Paris
Métro : Cardinal Lemoine
RER Luxembourg
 

Paris : Colloque tout public
Animalement nôtre : humains et animaux aujourd’hui

Les relations entre les humains et les animaux connaissent aujourd’hui de profondes transformations : de nouvelles approches dans les domaines des sciences humaines et sociales, du droit, de la zoologie, du rapport à la nourriture (face notamment à l’industrialisation de l’élevage et de l’abattage des animaux) prennent en compte le point de vue animal tout en interrogeant notre humanité.

Ce colloque entend éclairer les rapports humains / animaux sur les plans philosophique, biologique, historique, psychanalytique, écologique,… à travers débats, conférences, lectures, projections et interventions artistiques.

Lieu : Centre Pompidou, Niveau -1, Entrée principale, rue Saint-Martin (Piazza),  Paris.
Date: 2 et 3 décembre 2016.
Pour plus d’informations, merci de consulter l’agenda de la BPI:
 http://www.bpi.fr/agenda/animalement-notre–humains-et-animaux-aujourdhui–journee-2

Soutenance de thèse de doctorat de M. Clément Barniaudy

“Habiter au gré des vents en méditerranée nord-occidentale”
qui aura lieu le vendredi 2 décembre à 13h30,
sur le Campus de l’Université Paul Valéry de Montpellier, dans la salle Camproux (proche de la maison des étudiants et du restaurant universitaire;
Adresse du campus: UPV Montpellier, Route de Mende, 34090 Montpellier).
Composition du jury:
– Dominique Crozat, Professeur des Universités, Géographe, UPV Montpellier, Directeur
– David Giband, Professeur des Universités, Géographe, Université de Perpignan, Co-Directeur
– Martin de la Soudière, Chargé de recherche CNRS, Sociologue, EHESS Paris, Rapporteur
– Béatrice Collignon, Professeure des Universités, Géographie, Université de Bordeaux, Rapportrice
– Olivier Soubeyran, Professeur des Universités, Géographie, Université de Grenoble, Examinateur
– Raffaele Cattedra, Professeur des Universités, Géographe, Université de Cagliari (Italie), Examinateur
Vous êtes ensuite invité à partager un pot de l’amitié !

Journée d’études ouverte au public à l’Université d’Angers, le 22 novembre 2016

Réparations et mobilisations: Justice environnementale – Ecoféminisme

Le programme et les détails pratiques sont disponibles ci-dessous:

programm-ejustice-environnementale-angers


COLLOQUE / CONFERENCE: 14-16 OCTOBRE 2016 Toulouse

LES RENCONTRES DE L’HUMAIN ET DU NON-HUMAIN DANS LA LITTÉRATURE DE MONTAGNE ET D’EXPLORATION ANGLOPHONE /

MAISON DE LA RECHERCHE, UNIVERSITÉ TOULOUSE 2-JEAN JAURÈS, SALLE E 412 ET HÔTEL D’ASSÉZAT

Programme

Programme 2

___________________________________________________________________

COLLOQUE: 14-15 octobre 2016- Paris

« Climats: Le Temps qu’il fait dans la littérature et les arts du monde anglophone »
« Climates: What’s the weather like in Anglophone literature and arts »

Organisé à l’institut du monde anglophone, pour des informations complètes sur cette manifestation, merci de suivre le lien suivant:

http://www.univ-paris3.fr/climats-le-temps-qu-il-fait-dans-la-litterature-les-arts-du-monde-anglophone-climates-what-s-the-weather-like-in-anglophone-literature-arts–398333.kjsp


European Association for the Study of Culture, Literature and Environment

7th Biennial Meeting

(in Association with BASCE)

 “Wildness without Wilderness”: The Poiesis of Energy and Instability

Université Libre de Bruxelles,

27 October to 30 October 2016

Please download PDF program here below:

programmeultimatefinal21october2016

_____________________________________________________________________

Journée d’études IDMeR

« Mers et océans en ‘crise’ : vers de nouvelles représentations? »

IDMeR one-day conference: “An Ocean of Trouble: Representations of the Sea in a Time of Crisis”

10 Novembre 2016
Salle Yves-Moraud B001, Faculté des Lettres et Sciences Sociales Victor-Segalen

Programme

8h45 : accueil des participants/Registration
9h : ouverture de la journée d’études par Yves-Marie Paulet (Vice-Président Mer) et Alain Kerhervé (Directeur de HCTI)

9h30 : Panel 1 (Présidente de séance / Chair : Yvanne Bouvet, EA2219 Géoarchitecture)
9h30 Fabien Clouette (ESTCA, Université de Paris 8) et Jérémie Brugidou (GTM-CRESPPA, Université de Paris 8) : « Les mers négatives. Analyse des crises des représentations d’un rapport au maritime à travers deux cas en dialogue : l’imagerie scientifique et les photos prises sur le pont par les marins-pêcheurs »
9h50 Racha Sallemi (Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris/IRD La Manouba (Tunisie)) : « Le terroir halieutique de la baie de Monastir en Tunisie : Fondements sociétaux et réalités contemporaines »
10h10 Jennifer Grace Smith (University Centre of the Westfjords, Iceland) et Catherine Patricia Chambers (Hólar University College/Blönduós Center of Research and Collaboration, Iceland) : “Where are all the fish?: local fish networks in the Westfjords of Iceland”

11h Panel 2 (Présidente de séance / Chair : Kimberley Page-Jones, HCTI)
11h Nicolas Cochard (Université de Caen Basse-Normandie) : « La mer en ‘‘crise’’ dans les programmes d’histoire-géographie du lycée : approches et enjeux »
11h20 Isabelle Le Corff (HCTI, UBO Brest et UBS Lorient) : « Films documentaires des îles bretonnes : des expériences singulières au service d’une mémoire collective »
11h40 Caroline Ziolko (Auteur, photographe, chercheur indépendant) : « Méditerranée Retour sur image »

14h Panel 3 (Présidente de séance / Chair : Camille Manfredi, HCTI)
14h Mathilde Caer (HCTI, UBO Brest et UBS Lorient) : « Liens rompus et retissés avec la mer dans The Whale Rider, de W. Ihimaera, L’île des rêves écrasés de Ch. Spitz et Quand le cannibale ricane de P. Tavo : vers une réappropriation de l’insularité océanienne »
14h20 Anna Matheson (CRBC, UBO Brest et UHB Rennes) : « Sin, purgation and Church reform in the voyage of the Uí Chorra Coracle »
14h40 Stéphanie Noirard (FoReLL, Université de Poitiers) : « “This bitter water schools them through and through”: Scottish sailors during the wars, a poetic vision »

16h : Conférence de Loïc Josse « Portrait du pêcheur de morue : un bagnard ou un héros ? » (Président de séance / Chair : Pierrick Pourchasse, CRBC)

17h : Conclusion / Concluding remarks
17h15 : Clôture de la Journée d’Etudes / End of the conference

_____________________________________________________________________

Soutenance de thèse; Una Brogan (Larca – UMR 8225, ED 131): 

‘Bicycles in Literature: the Alternative Modernities of Human-Powered Locomotion in Britain and France, 1880-1920’

 Le vendredi 18 novembre à 14 heures à l’Université Paris Diderot,

Bâtiment Olympe de Gouges, salle 153, UFR d’Etudes anglophones, 8, place Paul Ricoeur, 75013 Paris

Le jury sera composé de

Nicholas Daly, Professeur, University College Dublin
Paul Edwards, MCF HDR, Université Paris Diderot
Jean-Marie Fournier, Professeur, Université Paris Diderot
Fabienne Moine, MCF HDR, Université Paris Ouest Nanterre (pré-rapporteuse)
Christine Reynier, Professeur, Université Paul-Valéry- Montpellier 3 (pré-rapporteuse)
Sara Thornton, Professeur, Université Paris Diderot (directrice)

_____________________________________________________________________

Séminaire 12 décembre – Bordeaux

« L’Animalité à l’épreuve du féminin et du masculin : interfaces de l’imaginaire »

La prochaine séance du séminaire de l’ERCIF (Equipe de Recherche Créativité et Imaginaire des Femmes)  Lundi 12 décembre 17h30, MSHA (Bordeaux-Montaigne), salle 2.

Intervention de Lorna Athéna David : 
 

Du corps de la femme au corps de l’animal : le transfert de la violence masculine dans Wuthering Heights (Emily Brontë, Andrea Arnold)

Pour de plus amples informations concernant cette manifestation ainsi que les autres séminaires organisés par l’ERCIF, merci de vous rendre sur la page http://clare.u-bordeaux-montaigne.fr/93

___________________________________________________________________

Série de Conférences à Rouen sur les Nations Navajo et Osage

22 novembre et date à préciser pour décembre 2016

Le Musée de Rouen organisent une série de conférence animée par Marie-Claude Strigler, spécialiste des nations amériendiennes. Voici les thèmes des conférences en question, transmis par l’auteure:

Les Indiens Navajos – mythes et cérémonies

Les Navajos placent la beauté et la santé au cœur de l’harmonie de leur société ancestrale, et pratiquent encore aujourd’hui de fascinants rituels de guérisons fondés sur une mythologie riche et complexe. Les récits mythiques expliquent pourquoi le monde est comme il est. Les Navajos racontent l’émergence de leur peuple au « Monde de la surface » après être passés par quatre mondes inférieurs. Les créatures qui vivaient dans le Premier Monde étaient des Êtres de Brume, qui devaient évoluer de monde en monde pour devenir les êtres tels que nous les connaissons aujourd’hui, qui vivent  encore  entre leurs quatre Montagnes sacrées.  C’est dans le Quatrième Monde que naquit Femme Changeante. Fécondée par le Soleil, elle donna naissance à des jumeaux,  fondateurs de la  culture navajo. C’est pour préserver leur santé que les Êtres Sacrés créèrent des rites guérisseurs, confiés ensuite aux hommes médecine. Femme Changeante est le principe féminin qui reconstitue l’unicité de l’être.

La médecine traditionnelle Navajo

Les Indiens navajos disposent d’une véritable médecine, aujourd’hui reconnue par des centres universitaires comme la faculté de médecine de Cornell et remboursée, en territoire navajo, par les assurances américaines, mais cette pratique fonde tout le système culturel du plus grand peuple indien d’Amérique du Nord. Être Navajo, c’est d’abord entretenir avec la santé, et ceux qui en sont les garants, les hommes-médecine et, au-delà, les Êtres Sacrés, un rapport de voisinage constant. C’est une culture riche et complexe, tendue toute entière vers l’exigence d’harmonie, harmonie intérieure d’abord, mais aussi harmonie sociale et politique.

Les Indiens Osages

Les Osages, peuple de guerriers des Plaines de l’Est, n’ont pas  laissé indifférents les premiers Européens qui les ont rencontrés, notamment les Français, dans la vallée fertile du Mississippi. Leur histoire s’appuie sur les traditions orales, les témoignages de missionnaires et de militaires. L’immense territoire de ces Indiens s’étendait sur les États  actuels de l’Arkansas, du Missouri, du Kansas et de l’Oklahoma. Les cours d’eau et la chaîne des Ozarks qui le traversent leur donnèrent longtemps un avantage stratégique et commercial qui leur permit de devenir les partenaires privilégiés des Français pour la traite des fourrures. Des premières confrontations avec les colons blancs, à la christianisation et aux multiples cessions de terres auxquelles ils ont été contraints, les Osages ont réussi à faire valoir leurs droits et à conserver leur héritage tant spirituel que culturel. Fait exceptionnel dans l’histoire des Indiens d’Amérique du Nord, ils ont pu négocier la propriété des sous-sols de leur réserve dont les ressources en pétrole ont généré de conséquents revenus auxquels se sont ajoutés plus récemment ceux des casinos.

Pour de plus amples informations, merci de consulter l’agenda du Musée de Rouen http://museumderouen.fr/fr/agenda

ou de contacter directement Marie-Claude Strigler: strigler(arobase)libertysurf(point)fr (merci de remplacer les mots entre parenthèses par leur symbole respectif).

____________________________________________________________________